ligne_fine.png
 Atelier de création dirigé par Keti Irubetagoyena autour de  À la renverse  Comédie Poitou-Charentes - CDN, 2018/2019 Photo : Keti Irubetagoyena

Atelier de création dirigé par Keti Irubetagoyena autour de
À la renverse
Comédie Poitou-Charentes - CDN, 2018/2019
Photo : Keti Irubetagoyena

Équipe

Mise en scène Keti Irubetagoyena
Assistanat à la mise en scène et dramaturgie étudiant.e.s du Master professionnel Assistant metteur en scène de l’Université de Poitiers
Interprétation élèves-interprètes du C.R.R. de Poitiers

Représentations
2018/2019

4 au 6 mars 2019, Comédie Poitou-Charentes - CDN de Poitiers

HEUR

Spin-off* de À la renverse

En 2018/2019, le Théâtre Variable n°2 inaugure les recherches qui nourriront À la renverse, troisième volet du cycle Luttes et émancipation.
L’atelier de création que dirige Keti Irubetagoyena avec les élèves-interprètes du C.R.R. de Poitiers et les étudiants du Master professionnel Assistant metteur en scène de l’Université de Poitiers est l’occasion d'un important travail de dramaturgie documentaire sur la notion, complexe, de bonheur.
Partant des expériences de chacun.e, de fragments de textes de la pièce de Michel Vinaver et de documents théoriques, artistiques ou puisés dans l’actualité, "HEUR" interroge le diktat des normes véhiculées par notre société, qui délivrent des modèles de bonheurs (professionnels, familiaux, amoureux) dont il paraît parfois impossible de se défaire mais qu’il peut être tout aussi difficile de suivre sans dégâts.

*Terme, employé notamment dans l’univers des séries télévisée, pour désigner une œuvre de fiction se focalisant sur un ou plusieurs personnages secondaires d’une précédente œuvre.
 
 Julie Moulier, Répétitions 2017 Photo : Thomas Métais-Chastanier

Julie Moulier, Répétitions 2017
Photo : Thomas Métais-Chastanier

 Sarah Métais-Chastanier, Répétitions 2017 Photo : Paul-Arthur Chevauchez

Sarah Métais-Chastanier, Répétitions 2017
Photo : Paul-Arthur Chevauchez

Équipe

Texte et mise en lecture Barbara Métais-Chastanier
Interprétation Julie Moulier
Création musicale Sarah Métais-Chastanier

Lectures simples
2016/2017

14 juin 2017, Librairie L'Atelier - Paris
17 juin 2017, Librairie Au Vent des Mots - Lorient
23 juin 2017, Librairie Goulard - Aix-en-Provence
21 septembre 2017, Scène nationale d'Albi

Lectures musicales
2017/2018

26 octobre 2017, Libr. Les Mots Passants - Aubervilliers
24 novembre 2017, Théâtre Ouvert - Paris
15 décembre 2017, CNSAD - Paris

Chroniques
des invisibles

Lecture musicale

À partir d’un montage d’extraits du récit de
Barbara Métais-Chastanier, Chroniques des invisibles,
cette lecture musicale revient sur la rencontre improbable entre deux univers – celui du théâtre et de ses feux, celui de la clandestinité et du combat pour sortir de l’ombre – et sur
le parcours initiatique commun qui en a découlé.
Parfois vocale, parfois synthétique, la voix musicale dialogue avec celle de de l’autrice et celle de la comédienne. Elle se fond dans le récit ou le bouscule, matière entre les lignes, bulle de souvenir où se donnent à entendre les invisibles.
C’est une lecture poétique sur les porosités de notre époque,
les questionnements qu’elle précipite, la conversion du regard qu’elle exige plus que jamais de nous. L’occasion de questionner autrement les politiques d’hospitalité de notre société.
 

 
 Bruno Coulon - La Loge, 2017 Photo : Julie Moulier

Bruno Coulon - La Loge, 2017
Photo : Julie Moulier

Équipe

Texte Barbara Métais-Chastanier
Mise en scène et adaptation Keti Irubetagoyena
Interprétation Bruno Coulon, Grace Seri

Représentations
2016/2017

4, 5 et 6 juillet 2017, Festival Summer of Loge - Paris

BIKINI

Spin-off de La Femme® n'existe pas

Suivant le principe du spin-off (fiction portant sur un personnage d'une précédente œuvre), "BIKINI" retrace le parcours des deux adolescents de La femme® n'existe pas dont les amours sont contrariées par l'insurrection féministe qui éclate entre les adultes. Dans cette lutte qui leur est imposée, ils se débattent face à la persistance des rapports de domination dans nos comportements et interrogent la notion de privilèges : que sont-ils prêts à perdre pour que s'invente un monde plus juste ?